Les effets de l’art

La dynamique de l’art et ses effets prennent toutes leurs valeurs dans un contexte relationnel, dans un partage, dans un groupe ; elle devient source d’échange et de communication verbale ou non verbale.

-L’être humain par nature est un être de relation, pour assurer sa socialisation il doit s’exprimer et être en relation avec le monde qui l’entoure.
L’œuvre d’art est produite par un homme pour être vu par d’autres hommes ; en cela, l’homme cherche la relation avec d’autres hommes.
Mais il ne peut réaliser une œuvre d’art qu’en ayant connaissance du monde sensible (monde extérieur) qui le relie aux autres.
C’est en cela que la réalisation artistique s’inscrit dans une démarche communicante :
Elle oblige l’homme à aller vers le monde extérieur, source de ses émotions nécessaires à la création, et elle l’amène vers les autres pour une lecture de ce qu’il a ressenti et écrit dans son œuvre.

-C’est une expression vers un autre homme.
Le propre de l’art c’est de nous amener vers l’extérieur. Ne restera plus qu’à se détacher de l’œuvre pour pouvoir entrer dans le monde de la communication ; c’est en cela que l’art à un pouvoir expressif.

Face à la perte de capacités, d’un rôle social, l’art permet une reconnaissance de l’individu par lui même, par les autres, dans l’œuvre et l’intérêt qu’elle suscitera.
L’art par ses effets peut permettre de déjouer un sentiment d’échec, donner confiance en soi, en l’extérieur.
Et renouer ainsi avec la vie sociale.

Lorsque les émotions sont agréables et déclenchent une sensation de plaisir, l’homme cherche à recréer cette sensation pour améliorer sa qualité de vie. C’est dans l’intention de recréer ce plaisir que se trouve l’acte volontaire dirigé.

Les effets de l’art déclenchent le phénomène artistique en stimulant nos sens. Cette stimulation provoque les émotions, une action vers autre chose. Et c’est dans cette action que l’art provoque une relation.